Iroise Volley .fr

Saint Renan Iroise Volley

National - Régional - Départemental -  Jeunes -  Ecole de volley - Scolaire - Beach volley

 

Le Télégramme

La semaine dernière, toutes les équipes du Saint-Renan Iroise Volley ont repris le chemin de l'entraînement à la salle Guyader.

Cette année, c'est avec un « effectif quasiment identique à la saison passée » qu'évoluera l'équipe de Kévin Chantelou. L'entraîneur renanais se veut confiant. En plus d'avoir enregistré l'arrivée d'un nouveau joueur, l'équipe a bien débuté la semaine avec un match amical. « Cela a permis une remise en route pour notre équipe, qui est montée en N3, avant le premier match du championnat ce week-end ».

Cette semaine, toutes les équipes de l’Iroise volley club reprennent l’entraînement et le chemin des filets à la salle Guyader, sauf le baby volley (M7 à M11) qui reprendra le samedi 15 septembre. Les entraînements sont encadrés par des entraîneurs diplômés, Kévin Chantelou et Michaela Formankova. Cette saison, le club pourra engager dans les différents championnats des équipes jeunes : M. 20 masculine, M17 féminines et masculines, et probablement des équipes M13 et M15 en féminines et M15 masculine, dépendantes des effectifs de rentrée.

Le Saint-Renan Iroise volley organisait la troisième édition de la Nuit du volley, samedi, aux salles Bel-Air et Guyader. Ce tournoi loisirs a réuni 18 équipes pour 80 joueurs en provenance de tous horizons : Brest, Quimper, Landerneau, Le Relecq Kerhuon, et même du CJR Basket. Dans une ambiance conviviale et mixte, les rencontres se sont déroulées jusqu'à une heure du matin.

Calé au milieu du classement, Saint-Renan recevait le troisième, Rennes. Face à la puissance renanaise, les jeunes Rennais se sont logiquement inclinés. Défait par 3 sets à 2 lors du match aller, Saint-Renan voulait sa revanche. Ce sont les visiteurs qui prenaient l'avantage (1-5, 8'), mais grâce aux services de Le Balleur les locaux revenaient et remportaient le premier set (25-18, 22'). Après une égalité (8-8, 7'), deux attaques placées de Quéré donnaient un avantage aux Renanais.

Renanais et Brestois s'affrontaient dans un derby nord-finistérien très attendu. L'équipe de Kévin Chantelou s'est logiquement imposée (3-1), non sans se faire peur face à des Brestois remontés en fin de match.

Le derby nord-finistérien opposera l'ESL et Saint-Renan.

Le match aller s'était soldé par une victoire nette de Thibaut Rumen et les siens (0-3), en novembre dernier. Près de trois mois se sont écoulés, et les deux équipes ont fait du chemin, alternant espoirs et déconvenues. L'objectif commun était de se maintenir et seize journées plus tard, les ambitions des uns et des autres ont bien évolué. La compétition est rude pour l'ESL, toujours à la recherche de sa première victoire et dont « le maintien n'est plus possible », comme le rappelait Nicolas Ramonet, dimanche dernier. Lucide, le capitaine brestois reste néanmoins optimiste et compétitif : « Notre but, c'est de faire peur à Saint-Renan, d'essayer d'avoir des points, car toutes les équipes que nous jouons nous disent que l'on ne doit pas être dernier ».

Après trois revers consécutifs, Saint-Renan accueillait Saint-Malo pour le compte de la douzième journée de championnat. Après une mise en route difficile et la perte du premier set, les Renanais ont réussi à hausser leur niveau de jeu afin de s'imposer avec autorité au terme d'un match convaincant (3-1). La partie était pourtant mal engagée puisque les visiteurs remportaient le premier set en profitant des très nombreuses erreurs adverses. Plus tranchants dans les sets suivants, les Finistériens étaient plus organisés et profitaient des espaces laissés par des Malouins moins lucides pour enchaîner des actions construites et imparables.

« Un match sérieux »

Antony - Saint-Renan : 3-0

Face à une forte équipe des Hauts-de-Seine, le SRIV aurait juste pu espérer prendre un set. A l'impossible, nul n'est tenu. Calé dans le ventre mou du classement, l'ensemble finistérien ne pouvait rivaliser avec un club d'Antony qui vise la montée en N2. En outre, les Renanais n'avaient effectué le long déplacement qu'à sept joueurs, d'où des rotations limitées et un sacré contraste avec des rivaux au grand complet (douze garçons dont deux liberos). Lorsque la différence de taille et de puissance est ajoutée au cocktail au profit bien sûr d'Antony, le score de 3-0 ne peut donc constituer une surprise. Pourtant, après une entame loupée (fatigue du transport et adaptation à une salle minuscule sans recul...) et soldée par un rude 25-12, Saint-Renan a bien bataillé avec ses armes du jour. Les Bretons ont ainsi tenu jusqu'à 22-22 dans le 2e round et ont même mené 8-3 dans le dernier acte avec Guillou à l'organisation et Reiller à la finition. La réaction d'Antony fut alors cinglante (16-11) avec la force de frappe du pointu Servin et le grand gabarit de Conort au filet.

Pages